Qu’est-ce que l’EMDR ?

Acronyme angloxon Eye Movement Desensitization and Reprocessing pourrait se traduire, en Français par la « désensibilisation et retraitement par mouvements oculaires ».

Pratique intégrative de la psychologie, elle est âgée d’une trentaine d’années.
Utilisée d’abord auprès des vétérans souffrant d’états de stress post-traumatique, elle s’est étendue à tous les types de traumatismes considérés comme évènements perturbants que nous aurions du mal « à dépasser ».
Ainsi, cette méthode peut s’utiliser aussi bien après avoir subi un traumatisme complexe (attentat, violences, agression…) que des traumatismes dits « simples » comme un accrochage avec sa voiture, une crise d’angoisse générant une anxiété chronique, une rupture etc.

Comment se passe l’EMDR ?

Il est essentiel de distinguer hypnose et EMDR.
Pour la seconde, c’est le patient qui active le processus de guérison.
En effet, comme on agit directement sur le système nerveux central, le patient et le praticien vont convenir d’un protocole très encadré sur lequel travailler.
On définit la problématique à traiter, ce qui en déclenche les effets et les objectifs visés.
Ensuite, on adopte une position sereine et apaisante pour travailler sur cette problématique.
Le ou la patient.e reste totalement conscient.e  et actif.ve durant tout le processus.

A partir d’une image et un ensemble d’éléments associés, le ou la patient.e va se remémorer l’évènement à retraiter.
Grâce aux même mouvements oculaires identiques à ceux du sommeil mais ici stimulés par une barre lumineuse, le système nerveux central va retraiter le souvenir pour évacuer la source perturbante.

Si l’on dit que « la nuit porte conseil », l’EMDR provoque le même processus jusqu’à apaisement.
On évalue cela à partir d’une échelle de perturbation adaptée.

Cela fait un peu formule magique, non ?

En apparence et en quelques lignes, cela peut donner cette impression…
Et, en toute honnêteté, j’ai eu beaucoup de doutes lorsque j’ai découvert l’EMDR.
Jusqu’à ce que j’ai les données statistiques des praticiens prenant en charge les victimes de l’attentat de Nice.
Et même pour des patient.e.s souffrant de la maladie d’Alzheimer.
Après plus de 3 ans de pratique, je suis régulièrement bluffée par ses effets. Et, toujours avec la même honnêteté, mes patient.e.s aussi !!

Pour en savoir plus :

https://www.emdr-france.org/web/quest-therapie-emdr/

http://www.emdr-france.org/web/lemdr-pour-panser-les-blessures-psychiques/